Logo pour impression La Grande Fabrique de soie

La Grande Fabrique de soie

La ville de Lyon a été depuis François Ier et jusqu’assez récemment la « ville de la soie ». Avant la Révolution, la manufacture des étoffes de soie est plus communément appelée « la Grande Fabrique ». Une nombreuse population travaillait dans des milliers d’ateliers pour quelques centaines de marchands.

Instauré à Lyon en 1536 par lettres royales à l’intention d’Etienne Turquet et Guillaume Naris, le travail de la soie, matière précieuse, est très rapidement réglementé pour éviter toute fraude. Il est régi par des règlements consulaires, l’autorité municipale, appliquant les édits royaux. Le respect des règlements est assuré par des maîtres-gardes choisis ou élus par la « Communauté ». Ils contrôlent les productions, visitent les ateliers, surveillent les étapes professionnelles : apprentissage, compagnonnage, maîtrise, gèrent l’argent de la communauté, jugent les différends entre les membres et… tiennent les registres !

Toutes les inscriptions, permissions, ordonnances consulaires sont enregistrées, répertoriées et soigneusement conservées au siège de la Grande Fabrique qu’elle se fait construire en 1725 (le bâtiment existe toujours 1, rue Emile Zola) qui abrite bureaux, salles d’expositions et métiers à tisser destinés au passage des examens et salle de conservation des archives, équipée d’armoires adaptées. Les archives de la communauté sont transférées à l’Hôtel de Ville en 1779 après la vente forcée du bâtiment suite à l’édit de Turgot de 1776 et la saisie des biens des corporations.

Aller plus loin

Etude

Le fonds de la Grande Fabrique de soie a été exploité par Justin Godart qui donne des indications très intéressantes dans son étude L’ouvrier en soie publiée en 1899.

Le fonds de la Grande Fabrique de soie est composé de dossiers des affaires de la corporation, classés de manière chronologique et de registres traduisant l’organisation professionnelle de la soierie lyonnaise.

Ce sont ces registres, cotés dans la série HH, de HH561 à HH624, qui ont été numérisés et sont en ligne.

Découvrez également les affiches présentant l'organisation administrative et juridique de la Grande Fabrique de la soie (Descriptif complet à télécharger)

> Accéder aux documents

On y trouve :

  • les registres nominatifs dans lesquels ont été inscrits jour après jour, les apprentis, les compagnons, les maîtres-ouvriers en soie, les marchands ;
  • les répertoires correspondant à ces registres ;
  • quelques registres d’ordonnances consulaires et de gestion comptable de la corporation ;
  • quelques registres de fonctionnement de la confrérie ;
  • les volumes de l’inventaire des archives de la grande fabrique réalisé à la fin du 18e siècle.

Les détails concernant les individus auxquels les articles des registres sont consacrés en font une source intéressante pour l’histoire des familles. Ces renseignements permettent parfois de retrouver l’origine des personnes : filiation, paroisse et province d’origine, date de naissance. Ils aident également à retracer la carrière professionnelle de ceux-ci, voire des carrières familiales sur plusieurs générations.