Logo pour impression Les "nommées" des habitants de Lyon

Les "nommées" des habitants de Lyon - 1380-1586

Les "nommées"


 
Cadastre avant la lettre, les « nommées » des Lyonnais sont des matrices fiscales, dressées sous l’Ancien régime pour établir l’assiette des impôts directs en évaluant les facultés contributives de chaque famille.





Les registres sont établis par la municipalité pour estimer les biens meubles et immeubles des habitants. Ils permettent de fixer ainsi rapidement les montants des contributions de chacun en matière d’impôts directs : tailles et aides royales, impôts municipaux.

Appelés à Lyon « livres du Vaillant » au 14e siècle (vaillant, participe présent du verbe valoir comme dans l’expression ne pas avoir un sou vaillant ), ils portent le nom « d’estimes » à Toulouse » ou de « compoix » en Languedoc.

Le terme de « nommée » s’emploie pour désigner une « estime » individuelle ; il apparaît au pluriel « nommées » seulement dans l’inventaire des Archives de Lyon du 18e siècle et a été repris dans ceux du 19e siècle.

Chaque chef de famille déclare sa ou ses maisons, ses terres cultivées ou non, ses rentes et pensions et son « meuble » à savoir l’ensemble de ses ressources mobilières y compris celles liées à l’exercice de la profession.

Tous les Lyonnais ne figurent pas sur les registres car ils ne sont pas tous imposables, comme le « menu peuple » qui ne possédait rien ou le clergé qui était exempté.

Pour le recouvrement de l’impôt, on se servait de cahiers appelés « chartreaux » indiquant le montant de l’impôt individuel à payer.

C’est une source essentielle pour la connaissance de la topographie urbaine à l’époque.

Pour la description de cette source, voir

  • Jacques ROSSIAUD pour le Moyen-Age, plusieurs articles réunis dans Lyon, 1250-1550 . Champvallon, 2012, p. 119-189
  • Richard GASCON. Grand commerce et vie urbaine eu 16e siècle. Lyon et ses marchands . Lyon, 1971, t.2, p. 887-901.

Plusieurs historiens du 19e siècle les ont utilisés pour leurs travaux de reconstitution historique de la ville du Moyen-âge.
Les registres de 1388 (le plus ancien conservé) CC1 et de 1446 CC3 ont été publiés : Edouard PHILIPON. Le livre du Vaillant des habitants de Lyon en 1388 . Lyon, 1927 et Jean DENIAU. Les nommées des habitants de Lyon en 1446 . Lyon, 1930.