Logo pour impression Janvier - Février 1918

Janvier - Février 1918

A L’ARRIÈRE : LYON SERA-T-ELLE ATTAQUÉE ? 

Si Lyon est loin des premières lignes et que l’angoisse principale des Lyonnais restés à l’arrière est de voir mourir un proche au front, il n’en reste pas moins une angoisse sourde, celle de voir la ville attaquée par les Allemands.

Le moindre incident et l’absence d’information immédiate à leur sujet, à l’exemple des exercices de tirs de l’armée en septembre 1915 ou de l’explosion accidentelle de l’usine de poudre de Vénissieux en 1918, engendrent des inquiétudes très vives parmi les habitants.

Les Lyonnais craignent tout particulièrement l’attaque de zeppelins allemands en mars 1916 comme représailles à l’ouverture de la Foire de Lyon, en concurrence directe avec la foire de Leipzig. Barthélémy Mermet, qui note régulièrement dans ses carnets les attaques de zeppelins contre Paris ou Londres, s’en préoccupe tout particulièrement.

Par ailleurs, certaines mesures préventives, comme l’extinction de l’éclairage public après 21h ou la mise en place d’alertes en cas d’attaque aérienne, inquiètent la population et favorisent la circulation des rumeurs les plus extravagantes : l’une d’entre elles, au début 1917, prédit que la guerre se terminerait dans les plaines de Saint-Fons !

 

 
Lettre Gautier
Agrandir
Transcription


Lettre d'Antoine Gautier à sa femme Jeanne
Beauvais, 1er janvier 1917
267ii1
Carnet Mermet
Agrandir
Transcription


Carnet de Barthélémy Mermet
17 février 1916
253ii91

 
 
Carnet de Barthélémy Mermet
Agrandir
Transcription


Carnet de Barthélémy Mermet
20 octobre 1917
253ii190
Mesures en cas d'attaque
Agrandir

Mesures à mettre en place en cas d'attaque aérienne de Lyon
Note d'Edouard Herriot, 1918
1229wp5

 
 
Carte Guignol
Agrandir

La guerre 9 : extinction des feux
Illustration et texte de Jean Coulon (alias Gérôme Coquandier)
4 février 1915, carte postale éditions S. Farges, série Guignole et la guerre
4fi4913
 
 


 

Pour des raisons de conservation, ces documents ne sont pas tous communicables en salle de lecture