Logo pour impression Juillet - Août 1917

Juillet - Août 1917

SUR LE FRONT : LA MORT DES CAMARADES

Les armes utilisées pendant la Première Guerre mondiale sont de plus en plus performantes au cours du conflit et installent une mort industrielle de masse. La guerre fait plus de 8 millions de morts au combat. Les poilus côtoient les cadavres en grand nombre.

La mort de camarades est une épreuve terrifiante pour les soldats, d’autant plus que les combats les empêchent souvent de donner une sépulture aux leurs. Ils sont parfois obligés d’attendre de nombreux jours avant de pouvoir relever les corps, qui ont alors commencé à se décomposer, afin de de pouvoir enfin les enterrer. Cette « corvée des morts » est l’une des plus terribles que les soldats aient à subir. Quand cela est possible, les morts sont inhumés dans des cimetières avoisinant les champs de bataille, les camarades organisent alors des quêtes pour acheter des décorations pour les tombes. Lorsque ce n’est pas possible, les soldats sont enterrés sur le champ de bataille même, leur sépulture ornée de croix sommaires, le plus souvent de bois.

Le ministère de la Guerre met en place, en juin 1916, un « service de renseignements aux familles » qui centralise le recensement des pertes. Ce service est très lent, les familles sont averties de la mort d’un des leurs, via les maires des communes, souvent plus de 20 jours après leur décès. Souvent un compagnon du soldat informe lui-même la famille du défunt. Certaines épouses ou mères éprouvent également le besoin de rentrer en contact avec les camarades de leur mari ou fils, afin de connaître ses derniers jours : c’est le cas de Mme de Leiris qui après l’annonce de la mort de son époux écrira à plusieurs de ses camarades.

 

 
Journal Rossignol

Journal de Joseph Rossignol, 13 août 1917 
1ii593
Journal d'Auguste Verrière

Journal de campagne d'Auguste Verrière, 17 septembre 1914
1ii506

 
 
Couurier à l'attention de Mme De Leiris
Agrandir
Transcription

Courrier adressé à Mme de Leiris annonçant la mort de son époux, mai 1916
1ii594/1
Tombes

Des tombes d'une touchante ingéniosité
Le Miroir, 17 janvier 1915, p.4
2c400.547

 
 
Français et allemands cote à cote

Des tombes d'une touchante ingéniosité
Le Miroir, 17 janvier 1915, p.4
2c400.547
Inhumations

Inhumations sur le Front
Photo extraite du journal de Joseph Rossignol
1ii593


 
 
 


 

Pour des raisons de conservation, ces documents ne sont pas tous communicables en salle de lecture