Logo pour impression Novembre - Décembre 1914

Novembre - Décembre 1914

A L’ARRIÈRE : LES RÉPERCUSSIONS DE LA MOBILISATION A LYON 

Suite à la mobilisation, le paysage de la ville change.
Les usines et commerces voient partir leur main d’œuvre ; les moyens de transports sont réquisitionnés par l’armée. La population craint des pénuries alimentaires et de charbon. Les familles commencent à constituer des réserves et certains commerçants profitent de l’occasion pour augmenter de façon démesurée les prix, malgré les appels au patriotisme du maire Edouard Herriot et de la fédération de l’alimentation lyonnaise, dès le 9 août 1914.
La municipalité s’organise d’ailleurs pour pallier ces pénuries, en établissant des soupes populaires pour les plus pauvres, dès le 2 août, ou en interdisant toute sortie de la ville des denrées alimentaires, le 24 août.

 

Cahier de M. Mermet
Agrandir
Voir la transcription 


Journal de Barthélémy Mermet, 
2 août 1914 
253ii1
Journal de Madame Mariotte
Agrandir
Voir la transcription 


Journal de Madame Mariotte,
9 août 1914
191ii14
Cahier de M. Mermet
Agrandir 
Voir la transcription 


Journal de Barthélémy Mermet,
3 août 1914
253ii1

 
Hygiène de guerre
Hygiène du guerre
Affiche de propagande lithographiée
de Victor Prouvé, imprimerie Berger-Levrault, 1918
6Fi5696
BMO
Agrandir

Bulletin Municipal Officiel, 9 août 1914 

Création de soupes populaires et appel aux commerçants lyonnais
2C400.588

 
Train d'Obus
Agrandir 

Train d'obus tiré par une motrice "Manage" 

arrivant à la gare de la Part-Dieu, à Lyon
38Ph1-220
 
 


 

Pour des raisons de conservation, ces documents ne sont pas tous communicables en salle de lecture