Logo pour impression Novembre - Décembre 1915

Novembre - Décembre 1915

AU FRONT : EN PREMIÈRE LIGNE

Avec le creusement des tranchées, à l’automne 1914, le Front est aménagé en « lignes » successives. La première ligne est la zone directement en face des lignes adverses, c’est la zone la plus dangereuse.

La communication entre les différentes lignes se fait par des boyaux. Chaque ligne est une suite continue de tranchées ou de fortins. L’ensemble des lignes constitue une position.

Les soldats restent généralement peu de temps en première ligne (environ une semaine) sauf lors des grandes batailles qui amènent les soldats à rester plus longuement en ligne. Les conditions matérielles, empirées par la mauvaise météo, et bien sûr le danger et le poids psychologique, sont épouvantables. Il est assez rare que les soldats parlent de cet aspect le plus éprouvant de la guerre dans les lettres, de peur d’être incompris et pour ne pas inquiéter leurs proches.
Parfois cependant, ils l’abordent mais souvent de façon détournée voire désinvolte. Les soldats décrivent plus facilement cette vie en première ligne dans leurs carnets.

 

 
 
 
Carnet de B. Mermet
Agrandir
Voir la transcription

Carnet de Barthelemy Mermet, 4 décembre 1915
253ii80
Carnet de Louis Boyer
Agrandir
Voir la transcription

Carnet de Louis Boyer, 12 décembre 1916
HD1Z1

 
Carnet de Louis Boyer
Agrandir
Voir la transcription

Carnet de Louis Boyer, 19 décembre 1917
HD1Z1
 
Soldat dans tranchée
Agrandir

Le soldat Rossignol et un camarade à l'entrée d'un boyau
1ii593
Dessin front
Agrandir

"Boulevard des entorses"; dessin du Front de Fernand Mandon, 1918
117ii1

 
Tranchée

Tranchée de première ligne dans Maucourt, Somme 1914
La guerre 1914-1918, 150 planches artistiques de la collection personnelle du Commandant Tournassoud, ex directeur du Service photographique et cinématographique de guerre, planche 24 
1C501 354
 
 


 

Pour des raisons de conservation, ces documents ne sont pas tous communicables en salle de lecture