Fermer

Lettre de Gabriel Sarraute à M. Gonin, 20 mai 1915 - 130ii7

 

Roanne, hôpital de l’Assomption ce 20 mai 1915

Bien cher grand ami,

me voici pas bien loin de vous, évacué ici par suite de graves fatigues de la guerre.

J’éprouve une telle joie de me retrouver dans le calme que je ne puis la comparer mieux qu’à la joie des vacances pour un enfant.
Mais malgré mes grosses peines et fatigues de la tranchée, j’ai passé là des heures tout à fait belles. Un jour, quand ma tête sera un peu reposée et que le bouillonnement des batailles sera un peu calmé, je vous raconterai ma petite campagne. Si vous passez par Roanne, cher grand ami, je vous attends avec joie.

je vous embrasse bien affectueusement

Gabriel

 

Les textes sont retranscrits avec l'orthographe des documents originaux, les ratures ne sont pas mentionnées.
retour_haut_de_page
haut