Logo pour impression Paul Lintier

Paul Lintier

 
Rue Paul Lintier
 

Fonds Paul Lintier - 28 II - Librement communicable sous réserve de l’état des documents.

Paul Michel Lintier est né le 13 mai 1893 à Mayenne, aujourd’hui dans les Pays de la Loire.
Bureau de recrutement : Mayenne - N° matricule du régiment : 1179

Après des études au lycée de Laval et l’obtention de son baccalauréat en 1910, il opte pour des études de droit. C'est Lyon que le jeune homme choisit car l’un de ses oncles y est installé. Rapidement il fonde le Lyon-Etudiant, revue que l’on dit alors « pleine de verve et d’esprit ».
Passionné par l’écriture il publie rapidement ses premiers ouvrages :
- Un propriétaire et divers autres menus récits , chez Bridoux, Mayenne, 1912.
- Un Croquant , Lyon, 1913.

Devançant l’appel, il s’engage à 20 ans et rejoint le 44e Régiment d’artillerie du Mans. Il continue à écrire et publie une plaquette consacrée à son ami Adrien Bas :
- Adrien Bas : une vie dédiée à la peinture , L'Œuvre nouvelle 1913.

Au mois d'août 1914, il part au front.
Il est blessé à la main le 22 septembre 1914 près de Fresnières. Il est envoyé à l’hôpital de Mayenne. Pendant sa convalescence il remplace Victor Bridoux alors directeur de Mayenne-Journal. Il publiera, au cours de cette période, de petits textes traitant de la guerre.

En juillet 1915, il est à nouveau volontaire pour repartir sur le front malgré une main presque infirme.

Il est tué à l’ennemi le 15 mars 1916 devant Arraye et Han en Meurthe et Moselle par un éclat d'obus. Il est déclaré mort pour la France.

Alors même qu’il est au front, il rédige deux ouvrages qui seront publiés à titre posthume :
- Avec une batterie de 75. Ma pièce. Souvenirs d'un canonnier. 1914, Plon-Nourrit, 1916.
- Le Tube 1233, souvenirs d'un chef de pièce (1915-1916 ), Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1917.
Ces deux ouvrages sont le récit exact de sa guerre rédigé au jour le jour.

Dans Ma pièce il raconte ainsi son samedi 1er août 1914:

« Nous nous préparons à dîner ensemble. J'ai débouché une bouteille de vieux bordeaux. De la rue, par une fenêtre ouverte, monte un grand murmure. En même temps, quelque chose de magnétique, d'indicible et de précis nous traverse soudain tous les deux. Nous nous regardons [...] Nous courons à la fenêtre. Tous les visages reflètent la même expression de stupeur, d'angoisse ou d'égarement. ».

Les archives municipales de Lyon ont reçu le fonds Paul Lintier en don en 1988.

Il se compose d’éléments biographiques, d’œuvres imprimées, de coupures de presse, de manuscrits et d’épreuves.

Les Archives municipales conservent également un exemplaire de Ma pièce sous la référence 1 C 2130.

 
Rue Paul Lintier
Dernière modification : 03/03/2016 17:14