Logo pour impression entête



Les Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise.

Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

«le seul moyen de la longue durée d’une cité florissante, sont les archives (…) lesquelles tiennent les citoyens advertis de tout ce qui a passé ».

Guillaume Paradin, Mémoires de l’histoire de Lyon, 1573

Les Archives ont pour missions de

  • collecter les documents produits par les agents municipaux dans tous les domaines de compétences de la Ville, et, de manière complémentaire, des archives d’origine privée
  • classer, inventorier et décrire les documents pour les rendre facilement accessibles
  • conserver les archives, restaurer les documents abîmés
  • communiquer les documents en salle de lecture, numériser les plus consultés pour faciliter leur accès via le site internet
  • valoriser les fonds d’archives, transmettre la mémoire au plus grand nombre par des
    expositions, des visites, des ateliers pédagogiques, des animations et des publications

Du début du 14e siècle, jusqu’au milieu du 17e siècle, les archives ont accompagné l’assemblée municipale dans ses nombreuses pérégrinations. A l’achèvement de l’hôtel de ville en 1651, elles seront conservées dans une pièce voûtée de l’aile nord spécialement équipée, avant de gagner les combles. Elles déménagent en 1974 au Palais St-Jean, ancien archevêché, après le départ des collections de la Bibliothèque municipale pour la Part-Dieu. Le 19 janvier 1998, le conseil municipal décide de transférer ses archives au sud de la gare de Perrache, dans un quartier en pleine évolution, dans l’ancien centre de tri postal édifié en 1905.