Fermer

Les panoramas Baumers

> Introduction
> Fonds Baumers


Les photos de Baumers constituent, à ce jour, le premier panorama connu de Lyon. Or, ce que cette image nous donne à voir de la ville d'alors est proprement stupéfiant. Baraques en bois, berges en terre, elle évoque des villes d'ailleurs, celles de la conquête de l'ouest ou des chercheurs d'or du Brésil, alors qu'elle n'est distante de nous que d'un siècle et demi.
Cette réalité était connue, de façon morcelée il est vrai, grâce à des représentations ou à des photos comme celles de l'inondation de 1856. Pourtant, cette image ne cesse de nous surprendre car elle nous dévoile, pour la première fois en une vision d'ensemble, la rive gauche du Rhône. Depuis l'Hôtel Dieu, la perspective montre le pont de la Guillotière à droite et celui de l'Hôtel Dieu (actuel pont Wilson) à gauche et l'effet d'entonnoir révèle une grande partie du paysage situé au delà.



Panorama 1 de la rive gauche du Rhône entre le pont de la Guillotière à droite et le pont de l'Hôtel-Dieu (actuel pont Wilson) à gauche, assemblage à partir de six calotypes réalisés par R.-F. Baumers, été 1857

panorama baumers 1

Panorama 2 de la rive gauche du Rhône entre le pont de la Guillotière à droite et le pont de l'Hôtel-Dieu (actuel pont Wilson) à gauche, assemblage à partir de cinq calotypes réalisés par R.-F. Baumers, été 1857

Panorama Baumers 2
La première surprise que nous réserve cette photo concerne l'absence, ou presque, des traces de la grande inondation du 31 mai/1er juin 1856 qui a dévasté ce quartier. Pourtant, les clichés ont sans doute été pris un an seulement après l'inondation, au cours de l'été 1857. Ce sont principalement les bâtiments précaires, en pisé de terre ou en bois, qui ont été détruits, et non les bâtiments en maçonnerie. La reconstruction en terre ayant été interdite, seules les baraques en bois, bien visibles ici, ont été rapidement reconstruites.

La seconde surprise concerne l'aspect pédagogique de cette image. La transparence des phénomènes urbains, en particulier les conséquences de la politique urbaine des Hospices civils de Lyon qui possédaient une grande partie des terrains de la rive gauche, permet une lecture en cinq séquences nettement distinctes. A gauche, les hauts immeubles de rapport en pierres qui entourent le cours Lafayette ont été construits sur des terrains vendus par la Hospices avant 1824. Ils constituaient alors la partie la plus avancée du damier dessiné par Morand à partir du quartier des Brotteaux. A leur droite, emplacement de la future préfecture, et jusque vers le milieu du panorama (le " bain des dames "), sont établies des constructions basses et précaires, caractéristiques des bâtiments construits sur les terrains que louent à court terme les Hospices. Ensuite, au-delà de leur domaine, sont érigées de vétustes maisons de 2 à 3 étages, issues de l'urbanisation en étoile du vieux bourg de la Guillotière, première implantation urbaine de cette zone. Elles seront bientôt expropriées pour permettre la construction du quai Joinville et des grands immeubles qui le borderont à partir des années 1860. A droite du pont de la Guillotière, une nouvelle rangée d'immeubles hauts encadrent le panorama, en contrepoint de ceux du cours Lafayette. Vient ensuite, derrière la digue de la Vitriolerie, un paysage industriel ponctué de cheminées d'usines.

Enfin, la dernière surprise, et non la moindre, que nous réserve cette étrange image est d'ordre symbolique. La photo ne se fonde pas sur des éléments remarquables du paysage comme le panorama que réalisa Armbruster en 1869. Seules la caserne de la Part-Dieu dans le lointain et la pointe du monument pyramidal des victimes du Siège de Lyon, à gauche du pont de l'Hôtel-Dieu, constituent des repères. Il est tout à fait significatif de constater que le premier panorama de Lyon montre la partie la plus ordinaire et la plus pauvre de la ville, celle qui symbolise le moins l'identité lyonnaise. En effet, la rive gauche du Rhône, commune indépendante de la Guillotière jusqu'en 1852, n'est alors rattachée à la ville-mère que depuis cinq ans.

retour_haut_de_page
haut