Fermer

1814, Lyon, ville autrichienne

 

La fin de l’année 1813 se révèle catastrophique pour les armées napoléoniennes. Napoléon est vaincu par les armées coalisées à Leipzig du 16 au 19 octobre 1813. Ces dernières pénètrent sur le territoire national durant le mois de décembre avec comme objectif premier d’aller prendre la ville de Paris. Mais les armées européennes lancent aussi des troupes plus au sud en direction de Lyon.

Napoléon envoie le maréchal Augereau contrer ces troupes. Il évite la prise de Lyon en décembre 1813. Cependant les difficultés s’accumulent et malgré quelques coups en février 1814, Augereau perd la bataille de Saint-Georges-de-Reneins le 18 mars 1814.

Les troupes autrichiennes arrivent à Lyon qui se rend le 21 mars. Elles occupent alors la ville.

Le comte d’Albon, maire de Lyon, envoie alors le comte de Fargues, président des Hospices civils de Lyon, rencontrer le prince de Hesse-Hombourg qui est basé au château de la Duchère.
C’est ensuite le maire qui va rencontrer le dignitaire autrichien et lui présente en guise de soumission les trois clés de la Ville, représentant les divisions nord, midi et ouest de Lyon.
Le prince en confisque deux qu’il fait expédier à l’empereur d’Autriche qui se trouve à Dijon.

Les soldats autrichiens manquent de vivres et le 22 mars, il est exigé de la part du maire que les militaires soient logés et nourris chez l’habitant. Les troupes se retrouvent donc disséminées dans toute la ville.

Durant tout le printemps, les Lyonnais sont frappés de réquisitions très importantes et sont soumis à de fréquents excès de la part des troupes alliées.
Le registre des délibérations du Conseil municipal de l’année 1814 en porte témoignage. (En savoir plus)

Le 6 avril 1814, Napoléon abdique à Fontainebleau. La paix est signée le 31 mai à Paris. Les Autrichiens quittent alors Lyon le 9 juin.

Pendant plus d’un siècle, Lyon reste avec une seule de ses clés. Les deux clés prises par les Autrichiens sont retrouvées en 1914 dans un musée de Vienne. Après 10 ans de négociations, la Ville de Lyon récupère ses deux clés en 1924. Elles sont actuellement conservées aux musées Gadagne.


 
 

Pour aller plus loin


Transcription du Laisser-passer autrichien (1225WP1)

« Commande ouverte »

 

Pour le courrier postal impérial royal autrichien Jos…Canot qui sera expédié sur Chalons s/Saône avec des dépêches importantes.

Pour sa progression sans retard, lui sont assignés contre paiement 2 ( ?) chevaux de poste et chaise et messieurs les maîtres de poste sont chargés de le faire avancer le plus promptement possible et les autorités militaires sont priées de laisser passer librement et sans empêchement le courrier postal dénommé Jos… Canot et d’octroyer à cette même personne toutes les formes d’assistance possible pour l’accélération de son voyage.

Pour le paiement de la poste, le susnommé a reçu .... sur quoi il doit payer et des indemnités journalières lui sont consenties pour les dépenses modiques.

H…von…..

Gouverneur général

 
retour_haut_de_page
haut