Logo pour impression evenements

1904, les premières Semaines Sociales

 

Lyon, Août 1904, 1ère semaine sociale de France

Adéodat Boissard

Les Semaines Sociales de France furent créées à Lyon en 1904 par Marius Gonin, ouvrier de la soie lyonnais autodidacte et Adéodat Boissard, ici représenté, professeur de droit à l’Institut catholique de Paris.

La création des Semaines Sociales est une initiative inspirée des cours pratiques sociaux inaugurés en 1892 par les catholiques allemands ; elle répondait à la volonté des militants du catholicisme social et plus particulièrement de l’Union d’Etudes des Catholiques Sociaux, née à Lyon en 1901, de créer un « organisme permanent d’enseignement social supérieur » donné dans un esprit chrétien, à la lumière de l’Evangile et avec l’approbation de l’Eglise en vue de l'éducation d'une élite militante.

Sortes d’universités d’été se déroulant chaque année dans une ville différente, elles consistent en une semaine de cours et de conférences -donnés par des spécialistes des questions économiques et sociales-, de carrefours et de discussions, abordés à la lumière des principes chrétiens.

Auditeurs de la première semaine sociale de France, photographiés dans une cour extérieure de l’institution des Minimes. Cliché anonyme. Epreuve photographique en album. H 17 cm; L : 23,2 cm / 1 exemplaire (Archives municipales de Lyon, 141 II 1410).

Du 23 au 26 septembre 2004, les Semaines sociales ont commémoré à Lille leur centenaire sur le thème « L’Europe, une société à inventer ». La même année, du 13 au 16 octobre, s'est déroulé à Lyon un colloque international, « Les Semaines Sociales de France 1904-2004 », organisé par l’Equipe Religions, Sociétés Et Acculturations (RESEA), l’Université Catholique de Lyon et  les Archives municipales de Lyon.

A cette occasion, les Archives municipales de Lyon, qui possèdent l’important fonds de la Chronique sociale de France, fondée en 1892 par Marius Gonin, ont publié un Guide des sources des Semaines Sociales de France incluant d’une part l’inventaire détaillé de ce fonds pour la période 1892-1951, d’autre part le descriptif sommaire des sources complémentaires existant dans le réseau des services d’archives publics et ecclésiastiques mais aussi dans les associations ou chez les particuliers.