Logo pour impression Les évènements et les causes

 

Les évènements et les causes

Reportage photographique en date 16 novembre 1930.
937 WP 1 (9 photographies)
 

Vers 0h50, un premier glissement de terrain prive le quartier d’électricité et fait converger sur les lieux de nombreux sauveteurs.
Une heure plus tard, une seconde coulée plus forte encore ensevelit pompiers et gardiens de la paix qui sont en train d’œuvrer sur site. Elle détruit tout le bâtiment de l’Hôtel du petit Versailles, en même temps qu’une partie des immeubles voisins, du couvent des Dames de Sion, occupé par des femmes âgées.
Enfin, un peu avant 3 heures, un ultime effondrement achève la destruction de ce qui existait encore.
19 pompiers, 4 gardiens de la paix, 17 habitants des immeubles détruits des 6, 8, 10 de la rue Tramassac ont été les victimes de ce tragique événement.

 

Les évènements

1
1
2
2
3
3
4
4
5
5
6
6
7
7
8
8
1. Vue aérienne de l’éboulement, sans date.
1140 WP 72

2 à 4. Relevé des dépêches du registre téléphonique des sapeurs-pompiers concernant la catastrophe de Fourvière, durant la garde du 12 au 13 novembre 1930.
1271 WP 77 (3 pages)

5. Vue d'ensemble de l’éboulement de la colline de Fourvière, 13 novembre 1930.
15 Ph 1 – 09

6. Plan des éboulements, sans date.
937 WP 1

7 et 8. Rapport de l’ingénieur subdivisionnaire relatif aux éboulements, 24 novembre 1930.
937 WP 1 (recto-verso)

 

Carte postale relative à la catastrophe de Lyon-Saint-Jean montrant les funérailles des victimes à la Cathédrale Saint-Jean, novembre 1930.
4 FI 5426

Carte postale relative à la catastrophe
de Lyon-Saint-Jean montrant les
corps à la sortie du service de la
Cathédrale Saint-Jean, novembre 1930.

4 FI 5427


 

Les causes

Les jours, les années qui suivent tentent de répondre à la question du pourquoi.
L’obstruction progressive des voies d’écoulement naturelles, des puits a provoqué une accumulation des eaux pluviales et l’engorgement des sources.
Bloquées par le front de moraine jurassique sur laquelle repose Fourvière, les eaux retenues ont fini par décoller la roche de terre superficielle entraînant les éboulements.
Ce scénario s’est répété plusieurs fois dans l’histoire notamment en 840 et en 1795.

p.1
p.1
p.2
p.2
p.3
p.3
p.4
p.4
p.5
p.5
p.6
p.6
p.7
p.7
p.8
p.8

Copie du rapport sur les affaissements du Chemin Neuf, 27 mars 1922
937 WP 1 (8 pages)

Dernière modification : 14/12/2012 09:51