Logo pour impression 1793 - 1794, la Révolution

1793 - 1794, la Révolution

En juillet 2005, les Archives municipales ont acquis 9 documents de l’époque révolutionnaire.
Ils datent d’août 1793 à août 1794 et portent témoignage du siège de Lyon ainsi que de la terrible répression qui a suivi, privant la ville de son nom pour celui de Commune Affranchie et ordonnant la destruction des façades de Bellecour :  Lyon fit la guerre à la Liberté ; Lyon n’est plus (décret de la Convention du 12 octobre 1793).

p. 1
p. 2
p. 3

Lettre de Jean Marie Hérault de Sechelles adressée au citoyen Couthon, représentant du peuple, parti en mission pour hâter la prise de Lyon, 4 septembre 1793.

En mai 1793, les Lyonnais se révoltent contre la Convention aux mains des Montagnards et la commune insurrectionnelle, d’abord dirigée par les Girondins, passée aux royalistes. La ville est assiégée du 8 août au 9 octobre 1793. Georges Couthon, député de la Convention dirige le siège. Après la chute de la ville, le conventionnel Joseph Fouché (futur ministre de la police sous l’Empire) et Jean Marie Collot d’Herbois, membre du Comité de Salut Public sont envoyés en mission à Lyon pour organiser la répression qui se traduit par l’exécution de plusieurs centaines d’habitants. La Ville retrouve son nom après le 9 thermidor an II.

1.
2.
3.

1. Arrêté de Joseph Fouché, déclarant Commune Affranchie en état de guerre révolutionnaire, signé par Fouché, Collot d’Herbois et Albitte, 23 novembre 1793

2. Instructions de Joseph Fouché pour la Fête de l’Egalité à Commune Affranchie et la proclamation de l’anéantissement de l’esclavage, 7 mars 1794

3. Proclamation de Jacques Reverchon aux Lyonnais après le 9 thermidor (mort de Robespierre), 18 thermidor an 2 (5 août 1794

Véritable reportage sur le vif, une lettre de soldat, le caporal fourrier Borel, décrit le siège depuis Limonest le 25 août 1793 : « nous sommes bivouaqués dans les fossés et cette nuit, au lieu d’essayer mon lit, je suis allé sur les hauteurs pour voir l’effet du bombardement de l’armée de Kellermann sur les rebelles, et infidèle ville de Lyon … l’on voyait les bombes écraser les anarchistes et les flammes s’élever dans plusieurs endroits, je suis étonné qu’ils ne se rendent pas à ce feu incendiaire que l’on ne pouvait voir de sang froid surtout en réfléchissant que beaucoup de patriotes en seraient victimes… »

Quelques jours plus tard, le 4 septembre, Jean Marie Hérault de Séchelles, membre du comité de Salut Public, écrit au citoyen Couthon (Georges), représentant du peuple, parti avec Maignet pour hâter la prise de Lyon : « allons faites tous deux de la bonne besogne, il faut punir Lyon et sauver le Montblanc (département du ). Voilà une tragédie en un vers où vous pouvez jouer un grand rôle… ». L’enveloppe porte un beau cachet de cire rouge, une pique coiffée du bonnet phrygien écrase une couronne avec la devise « mort aux rois ».

Les autres documents sont à l’en tête des « représentants du peuple envoyés dans la Commune Affranchie pour y assurer le bonheur du Peuple avec le triomphe de la République ».
Signés et annotés par Joseph Fouché et pour certains par Jean Marie Collot d’Herbois, ils organisent la répression (17 novembre et 23 novembre), appliquent à Lyon les articles du décret sur la déchristianisation (6 janvier 1794), préparent la fête de l’Egalité (7 mars 1794). « Les démolitions sont trop lentes, il faut des moyens plus rapides à l’impatience républicaine, l’explosion de la mine et l’activité dévorante de la flamme peuvent seules exprimer la toute puissance du peuple… elle doit avoir les effets du tonnerre » (17 novembre 1793). Le dernier, au même en tête, signé par le représentant du peuple Jacques Reverchon marque la fin de la Terreur, 9 jours après la chute de Robespierre (18 thermidor an II, soit 5 août 1794) : « On avait mis tout en usage pour avilir le peuple… nous allons nous occuper de faire arriver des denrées de première nécessité, d’ouvrir la barrière aux arts et au commerce et de faire succéder aux vexations de la tyrannie l’exécution des lois révolutionnaires, d’assurer le triomphe de l’Egalité et de la Liberté… ».

Dernière modification : 06/12/2012 10:09