Fermer

Démophile Laforest (1848)



Villié, 29 août 1795 – Saint-Léonard-sur-Mer (Angleterre), 7 avril 1867


Fils d’un directeur de pensionnat, Démophile Laforest suit des études de droit qui lui permettent de devenir notaire. Il rachète en 1822 une étude à Lyon et devient président de la Chambre des notaires de 1845 à 1847.

Sous la Monarchie de juillet, il est conseiller municipal à deux reprises : 1831-1834 et 1841-1848.

A la mort de Terme, Clément Reyre, 1er adjoint, officie comme maire provisoire.
Le 25 février 1848 l’information de la révolte parisienne parvient à Lyon. A la recherche d’opposants à l’ancien régime et de personnes ayant les compétences et les moyens, Reyre et le Conseil investissent Laforest comme maire.
Afin d’éviter toute émeute et ceint de l’écharpe tricolore, Démophile Laforest proclame la République et la mise en place d’une nouvelle municipalité.

Démophile Laforest


Signature de Démophile Laforest
Signature de Démophile Laforest 

Ce maire « provisoire » doit faire face à une période difficile, soumise à de fortes agitations.
Il maintient, avec calme, l’ordre et la sécurité.
C’est dans ce climat qu’il va organiser les 1ères élections au suffrage universel en avril 1848. Il est lui même élu à l’Assemblée constituante.

Par arrêté du commissaire du gouvernement, il devient maire « officiel » le 17 juin 1848.
Mais le 15 août de cette même année, Démophile Laforest annonce aux Lyonnais sa démission de ses fonctions municipales, trouvant les fonctions de député et de maire incompatibles.

De cette date jusqu’à l’élection d’Edouard Réveil, c’est l’adjoint Charles Fraisse qui assure l’intérim.

Battu aux élections législatives en 1849, Démophile Laforest retourne à son étude notariale.
Compromis dans des affaires financières, il quitte la France pour l’Angleterre en 1863. Il y décède quatre ans plus tard.


Lyon lui rend hommage

Il n’y a pas de voie publique à Lyon portant son nom.

retour_haut_de_page
haut