Fermer

Antoine Gailleton (1881 - 1900)



(Lyon, 17 novembre 1829 – Lyon, 10 octobre 1904)

Après Jacques Louis Hénon et Claude Désiré Barodet, c’est à nouveau un médecin qui assume les fonctions de maire de Lyon de 1881 à 1900.

Sa naissance, anecdotique, mérite d’être contée. Sa mère, Antoinette Pulliat, se rend en ville et passe sur le pont du Change. Prise de premières douleurs, elle est alors recueillie dans le poste des soldats, situé au milieu du pont et donne naissance à Antoine …

Ayant effectué ses études de médecine à Paris, il revient sur Lyon et devient, en 1864, chirurgien major de l’Antiquaille. Il occupe un peu plus tard la chaire de clinique dermato-vénérologique à la nouvelle Faculté de médecine de Lyon.

Antoine Gailleton
Signature d'Antoine Gailleton
Signature d'Antoine Gailleton 

En 1870, à la chute du Second Empire, Antoine Gailleton est désigné parmi les membres du Comité de Salut Public qui prend en main le sort de la ville et proclame la République le 4 septembre. Aux premières élections du 15 septembre, Gailleton est élu conseiller municipal, sous les mandats de Louis Hénon puis Désiré Barodet.

Le Conseil municipal lyonnais, élu en juin 1873, s’oppose très vivement au Préfet. Le conflit aboutit au retour du système du Second Empire : c’est le Préfet qui gouverne la ville avec une commission municipale qu’il choisit. En novembre 1874, bénéficiant d’un léger progrès, l’assemblée municipale élue a le droit de désigner un président ; elle choisit Antoine Gailleton. C’est dire que la 1ère accession de Gailleton en 1881 à la mairie de Lyon signe le retour à une indépendance municipale, mais elle est encore contrôlée puisqu’il est maire « nommé ». Lorsqu’enfin avec la loi
du 28 mars 1882 sur les municipalités, la population lyonnaise peut élire son maire, Gailleton est plébiscité.

Durant ses mandats, cet ardent républicain met en place un vaste programme d’actions.
 
L’homme de sciences qu’il est fait porter ses efforts sur :
- l’amélioration de l’hygiène publique avec les créations d’un service des eaux de conception moderne et d’un bureau d’hygiène en 1890 ;
- La modernisation des transports en commun, avec les tramways électriques, qui facilitent la pénétration de quartiers nouveaux dès 1896.
 
Il est à l’origine d’une grande ère de grands travaux d’urbanisme :
- démolition et reconstruction du quartier Grolée ;
- dégagement des quartiers Saint-Paul et de La Martinière ;
- renouvellement ou construction de ponts.
 
Gailleton s’intéresse aussi à l’enseignement, secondé en cela par l’architecte en chef de la Ville, Abraham Hirsch :
- construction d’un grand nombre d’écoles primaires ;
- réalisation de la Faculté de médecine.

En 1888, il fait entrer au Conseil municipal, l’un de ses collègues médecins : Victor Augagneur. Mais au cours des années, des divergences entre les deux hommes apparaissent… La combativité d’Augagneur trouve son aboutissement le 20 mai 1900 : il devient maire de Lyon. Antoine Gailleton reste, jusqu’à sa mort, conseiller municipal, tout en reprenant ses fonctions de médecin.


Les réalisations
Aménagement de certains secteurs urbains : quartiers Grolée, Saint-Paul
Constructions de ponts : Galliéni, de la Boucle, Morand
Le monument des Jacobins
Le monument aux enfants du Rhône
La préfecture
La fontaine Bartholdi
La Faculté de médecine


Lyon lui rend hommage

Place Antoine Gailleton (2ème arrondissement)
Tenant : quai Gailleton
Aboutissant : pont Galliéni
Dénomination attribuée par délibération du Conseil municipal le 29 avril 1907
Antérieurement : place Grolier




Agrandir le plan

Quai Antoine Gailleton (2ème arrondissement)
Tenant : pont de La Guillotière
Aboutissant : pont Galliéni
Dénomination attribuée par délibération du Conseil municipal le 29 avril 1907
Antérieurement : quai de la Charité

Monument à Antoine Gailleton

Emplacement : place Gailleton
Décision prise par délibération du Conseil municipal le 22 juillet 1907
Inauguré le 15 janvier 1915.
Modifié en :
1942 : bronzes fondus sur décision du gouvernement de Vichy ;
1959 : mise en place d’un buste en pierre

Monument à A. Gailleton
Monument à A. Gailleton 
retour_haut_de_page
haut