Fermer

Désiré Barodet (1872 - 1873



(Sermesse, 27 juillet 1823 – Vincelles-en-Jura, 18 avril 1906) (inhumé au cimetière de la Croix-Rousse)


Instituteur dans l’Ain, à l’âge de 25 ans, ses convictions républicaines provoquent sa révocation en 1849. Commence alors pour lui sa « formation lyonnaise ». Il occupe différents métiers à Lyon : employé dans des maisons de commerce et d’industrie, agent d’assurance. Durant cette période, il rejoint la franc-maçonnerie et se lie avec les républicains locaux.

Le 4 septembre 1870, il est de ceux qui proclament la République à l’Hôtel de ville, quelques heures avant Paris. Il est élu conseiller municipal aux élections du 15 septembre 1870 et devient le 1er adjoint du maire Jacques Louis Hénon.

Claude Désiré Barodet
Signature de Désiré Barodet
Signature de Désiré Barodet 


La maladie de ce dernier entre l’été 1871 et le printemps 1872 amène Barodet à régler les affaires courantes de la municipalité.

A la mort d’Hénon, en mars 1872, il est tout logiquement désigné maire de Lyon le 23 avril 1872.

Mais cela sera pour peu de temps : une décision de l’Assemblée, soutenue par Thiers, du 4 avril 1873, supprime la mairie centrale de Lyon, et entraîne ainsi la démission de Barodet !

Une carrière politique nationale commence alors pour lui. Pressenti et poussé par la gauche parisienne, il est élu député de la Seine le 27 avril 1873 contre Charles de Rémusat, ministre des Affaires étrangères et ami de Thiers. Barodet tient sa revanche… Cette élection est l’une des causes qui entraînent le renversement du gouvernement Thiers.

Constamment réélu jusqu’en 1896, il devient à cette date sénateur.
Il est battu en 1900, à l’âge 77 ans et se retire de la vie politique.

De nombreuses initiatives parlementaires sont à mettre à l’actif de cet ardent républicain, notamment l’une de ses dernières propositions de loi, non retenue, en janvier 1900 sur l’abolition de la peine de mort, afin « d’inaugurer le 20ème siècle par un grand acte d’humanité et de civilisation ».

On retient surtout de Barodet… Le Barodet ! Véritable « Larousse électoral », ce recueil, établi au début de chaque législature de l’Assemblée nationale, consigne toujours les programmes et engagements électoraux des nouveaux élus.

Lyon lui rend hommage

Rue Désiré Barodet (4ème arrondissement)
Tenant : rue Denfert-Rochereau
Aboutissant : rue Henry Gorjus
Dénomination attribuée par délibération du Conseil municipal le 16 mars 1908
Antérieurement : rue d’Enfer



Agrandir le plan
retour_haut_de_page
haut