Fermer

Jacques Louis Hénon



(Lyon 31 mai 1802 – Montpellier, 31 mars 1872)


Médecin, après des études à Paris et Montpellier, Jacques Louis Hénon se passionne aussi pour la botanique, discipline qui lui ouvre les portes de l’Académie des sciences, lettres et arts de Lyon et lui donne accès au secrétariat de la Société d’Agriculture.

Conseiller municipal de La Guillotière en 1843, il est battu aux élections de 1848 et ne siège pas à l’Assemblée constituante.
C’est à la suite du coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte qu’il est élu le 29 février 1852 au Corps législatif impérial. Mais il refuse de prêter serment, comme l’exige la nouvelle constitution ; il est déclaré démissionnaire. Il est finalement réélu en 1857 en même temps que six autres républicains.

Jacques Louis Hénon
Signature de Jacques Louis Hénon
Signature de Jacques Louis Hénon 

Modéré, ses prises de paroles à la tribune sont rares. Une est à signaler, car elle témoigne de l’évolution de sa carrière politique et de son intérêt pour la démocratie locale :
le 12 avril 1869, Hénon prononce un discours consacré à la nécessité de rendre à Lyon son Conseil municipal élu.

Cependant, lors des élections de 1869, la division entre républicains radicaux et modérés lui est fatal : il est battu !

Sa carrière politique aurait pu s’arrêter là…

Présent à Lyon, alors que parvient la nouvelle du désastre de Sedan, il est à l’Hôtel de ville et proclame la République,le 4 septembre.

Avec les élections municipales du 15 septembre 1870, Hénon est élu. Il accède à la magistrature municipale suprême le 21 septembre 1870 : il a 68 ans.

Cependant, il doit administrer une ville tourmentée, gérer au mieux les nécessités militaires liées à la guerre et surtout résister le 28 septembre à une manifestation, emmenée par Michel Bakounine et Albert Richard, visant à prendre le pouvoir municipal…

Fatigué par ces évènements et une maladie cardiaque, il s’éloigne dès le printemps 1871 de son poste et laisse son 1er adjoint, Désiré Barodet, gérer les affaires courantes. A sa mort, ce dernier lui succède.

Lyon lui rend hommage

Rue Jacques Louis Hénon (4ème arrondissement)
Tenant : grande rue de la Croix-Rousse
Aboutissant : rue Chazière
Dénomination attribuée par délibération du Conseil municipal le 8 janvier 1895
Antérieurement : rue Saint-Denis



Agrandir le plan
retour_haut_de_page
haut