Logo pour impression Les débuts

Les débuts

 
Premier numéro de l'écho des travailleurs
2C425464
Agrandir


 

Septembre 1909 : parution du premier numéro de « l’Echo des travailleurs municipaux » sous la direction de Pierre Flochon, secrétaire général de l’union syndicale des employés municipaux des abattoirs et marchés aux bestiaux de la ville de Lyon

Tous les membres des syndicats appartenant à l’Union des syndicats des services municipaux de Lyon sont destinataires de ce journal syndical L’Echo des travailleurs des municipaux . Il n’existe encore à cette époque qu’une seule confédération syndicale, la confédération générale du travail (C.G.T.), fondée en 1895. C’est alors l’écrit, véhiculé par les journaux qui constitue le principal vecteur d’information et de mobilisation. C’est aussi un outil d’émancipation.

C’est en octobre 1901, que les différents syndicats du personnel municipal de Lyon fondés par corporations (ou grands services techniques) décidèrent d’unir leurs forces et de sortir un journal avec pour titre L’Echo des travailleurs municipaux . Il s’écoulera 8 ans avant que le projet ne voit le jour.

L’union des syndicats des services municipaux de Lyon regroupait en 1901 plusieurs syndicats fondés antérieurement :
- Paveurs, dresseurs et piqueurs de grès, fondé en 1889
- Cantonniers et similaires, fondé en 1900
- Égoutiers et similaires, fondé en 1901,
- Jardiniers municipaux, fondé en 1901

Viennent ensuite rejoindre l’Union au fur et à mesure des créations :
- Employés et ouvriers du service municipal des eaux, fondé en 1902
- Employés municipaux des inhumations et transports, fondé en 1904
- Union des employés du service municipal des inhumations (porteurs), fondée en 1907
- Union syndicale des employés municipaux des abattoirs et marché aux bestiaux, fondée en 1908
- Concierges des bâtiments municipaux, fondé en 1909

En ce début du XXe siècle, il n’y avait pas de statut de la fonction publique. Dans les villes, c’était le maire qui, suite à la loi municipale de 1884, élaborait le règlement concernant les recrutements, avancements, congés, traitements…, soumis au votre du conseil municipal. Le nouveau maire Edouard Herriot, un an après sa prise de fonction, prend un arrêté constituant le règlement général du personnel des services municipaux en décembre 1906. Il sera modifié régulièrement, dès 1913.

 

1910 : les organisations décident de fusionner et forment le Syndicat général des travailleurs municipaux  le 15 mars, conformément aux décisions du congrès d’Amiens de septembre 1909. Cette création entraîne la disparition de tous les syndicats par corporations qui deviennent des sections. Les statuts paraissent dans le n° du 1er avril 1910 de l’Echo.

Le syndicat général compte environ 700 adhérents.

Pierre Jublain du syndicat des jardiniers remplace Flochon à la direction du journal qui devient l’organe du syndicat général après avoir été celui de l’Union.

 
 
Dernière modification : 04/09/2015 14:45