Logo pour impression Le fonds Georges Aveyron

Le fonds Georges Aveyron

 

Les Archives municipales de Lyon de Lyon conservent dans leurs fonds privés les dossiers de Georges Aveyron, directeur d’une école de garçons sur le boulevard de la Croix-Rousse entre 1900 et 1912.
Nous ignorons à quelle date et sous quelles conditions ces archives ont été remises aux Archives municipales.

Le témoignage d’un enseignant sur son métier, ses fonctions et son époque

Représentant 0,4 ml, ce fonds est immédiatement communicable.
Il est composé principalement de notes personnelles, d’extraits de brochures et de lecture annotés et classés thématiquement par Georges Aveyron entre 1895 et 1918.

Le 1er carton porte sur l'organisation de l’école, ce que doit être la direction des écoles, les fonctions du conseil de maîtres et les études surveillées.
Il contient aussi des informations sur les fêtes scolaires à Lyon auxquelles Georges Aveyron a participé et sur l’organisation des patronages laïques.

Le 2e ensemble comprend des documents sur le rôle de l'instituteur. On trouve les conseils que G. Aveyron prodigue aux enseignants dont il a la charge pour leur éviter de tomber dans la routine des cours.
La question des traitements et des indemnités de logement pour lesquelles G. Aveyron interpelle E. Herriot est aussi évoquée.

 
 

Le 3e carton concerne les enfants, notamment la psychologie enfantine et scolaire.
Il renferme par exemple une note de réflexion sur la distraction des enfants durant les cours.
On y trouve aussi des éléments sur les programmes scolaires et l’enseignement des matières.
La distribution des prix est un sujet qui anime G. Aveyron : il écrit à ce sujet à la Mairie en 1906, en indiquant qu’il préférerait voir les crédits affectés à l’acquisition de matériels pédagogiques.

 
 

Enfin, le dernier ensemble contient des dossiers sur l’histoire de Lyon et sur les questions de politiques contemporaines comme le socialisme, le communisme, le patriotisme et la guerre de 1914-1918.
Bien qu’éloigné de ses préoccupations professionnelles, ce carton témoigne bien de l’intérêt et de la curiosité que portait Georges Aveyron sur son temps.

Qui était Georges Aveyron ?

Il est né le 19 janvier 1853 au Havre.
Sa famille arrive à Lyon et emménage au 78 rue Cuvier.

Le 1er octobre 1869, il entre à l’école normale située à Villefranche-sur-Saône.
Il en sort 3 ans plus tard, le 27 juillet 1872, et il est affecté comme instituteur adjoint dans une école de Villeurbanne [1] .

Le 18 septembre 1873, il épouse Marie Louise Mège, institutrice, à la mairie du 6 e arrondissement [2].

Entre octobre 1873 et 1900, il est en poste à l’école chemin de Serin, à l’école rue Madame (actuelle rue Pierre Corneille) et enfin à l’école rue Saint-Marcel (actuelle rue Sergent-Blandan)

Il quitte ce dernier établissement le 1 er mars 1900 lorsqu’il est nommé directeur de l’école de garçons de la rue Vaucanson. Il y reste en poste jusqu’à son départ à la retraite le 1 er octobre 1912.
Durant ces 12 années, les rapports de l’Inspection académique le décrivent comme un directeur et un enseignant modèle, zélé et étant « … capable, intelligent, actif et entièrement dévoué à l’ensemble de ses fonctions… » [3] .


 
 

Son action se porte aussi sur les temps périscolaires. Lors de la mise en place des garderies du jeudi dans les écoles publiques, Georges Aveyron présente à l’inspecteur d’Académie 4 avantages au fait que les enseignants assurent ces temps d’accueil [4] :

- Les parents sont «… débarrassés… » ;
- Les enfants sont « … soustraits de la rue… » ;
- «… une concurrence sérieuse… » est faite aux patronages catholiques qui géraient ces temps ;
- «… le développement physique et intellectuel …» des enfants est garanti .

Il s’affirme comme une personnalité du 1er arrondissement. Il devient président du comité des fêtes laïques du 1er arrondissement et s’occupe ainsi de l’organisation du défilé scolaire.
Il est aussi un membre actif du patronage scolaire laïc du 1 er arrondissement.
Avec sa femme, il adhère en 1906 à la société scolaire de secours mutuels et de retraite des 1 er , 2 e et 4 e arrondissements de Lyon.
Il devient délégué cantonal de 1913 à 1915.

 
 

Il décède le 8 septembre 1919 en son domicile 96 boulevard de la Croix-Rousse [5] .
Le 6 octobre 1919, Edouard Herriot présente un rapport au Conseil municipal de Lyon : il souhaite attribuer le nom de Georges Aveyron au groupe scolaire de la rue Vaucanson.

Il veut contribuer à commémorer celui qui a rendu « … de grands services à la cause de l’enseignement laïque et contribué dans une large mesure au développement des œuvres municipales scolaires et post-scolaires » [6] .
Le Conseil municipal vote cette délibération à l’unanimité.

La surprise de ce fonds : une photographie de fête scolaire à Bellecour

Elle est conservée dans le 1er carton, dans un dossier intitulé « fête scolaire à Lyon ».
Elle représente un défilé scolaire sur la place Bellecour.
Ce document n’est pas daté et aucune des personnes, enfants ou adultes, n’est identifiée.

 
 

Est-ce un souvenir que Georges Aveyron a conservé ? Est-il présent sur ce document ?

Cela en ferait le seul document sur lequel apparaît celui dont l’école du boulevard de la Croix-Rousse porte encore le nom…

 

[1] Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon (ADRML), 1 T 1104 : dossier administratif de l’élève-maître Georges Aveyron à l’école normale, 1869-1872.

[2] Archives municipales de Lyon (AML), 2E1287 : registre des mariages du 6e arrondissement, 1873.

http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/18e8f8cad2c739f5c1454593bf47a33d

[3] ADRML, 1 T 549 : dossier administratif de Georges Aveyron, rapport d’inspection des 28-29 mai 1900.

[4] AML, 6II/3 : rapport de G. Aveyron à l’inspecteur d’Académie, 20 janvier 1902.

[5] AML, 2E1287 : registre des décès du 1er arrondissement, 1919.

[6] AML, Bulletin Municipal Officiel : procès-verbal de la séance du Conseil municipal du 6 octobre 1919.

Dernière modification : 27/03/2018 17:02