Planche 3

 

3.1.

Plan de 1550 environ, dit scénographique : assemblage des photocopies des planches originales reproduites par la suite dans l'édition de 1990, Le plan de Lyon vers 1550, édition critique sous la direction de J.M. Dureau.

Dimensions : 170 x 220 cm.

Échelle : varie entre 1:1200 e et 1:1400e.

Lyon, Archives municipales, 7 S 8

Cliché J. Gastineau/A.M.L. 5 Ph 26760

 

 

Le premier plan de Lyon est une gravure au burin qui n'existe qu'en un seul exemplaire aux archives municipales de Lyon (2 S Atlas 3). Restaurée en 1989, cet exemplaire unique a été reproduit en photocopie laser dans un premier temps puis dans une édition imprimée. Il offre bien des chefs d'intérêt : sa rareté, sa représentation très concentrée de la ville du XVIe siècle, et les aspects de la vie qui l'illustrent.

Le Plan scénographique a engendré, jusqu'à nos jours, une longue succession de plans dérivés et de copies, dont la plus connue et la plus exacte est le fac-similé, gravé entre 1872 et 1876, par J. Séon et F. Dubouchet pour la société topographique de Lyon.

3.2.

François-Régis COTTIN
FrancisqueLOIZY

Mise en forme du Plan scénographique et ses déformations.

Manuscrit sur calque, encre noire et couleurs.

Dimensions : 44 x 54 cm.

Collection particulière

 

 

Le Plan scénographique est inscrit dans un cadre de 220 x 170 cm ; son centre géométrique correspond à l’extrémité des Vieux Fossés ou Terreaux, sur la rive gauche de la Saône.

S’étendant de la Saône au Rhône, ces fossés offraient la possibilité de mesurer par un arpentage continu la largeur de la presqu’île.

Cette ligne axiale a servi pour la mise en place du dessin de la presqu’île.

Les 612 m de largeur que celle-ci avait alors, ont été réduits à l’échelle d’un pouce (0,028 m) pour 100 pieds (100 x 0,34 m), mesures de Lyon, sur le dessin 0,504 m d’une rive à l’autre, soit une échelle de 1 à 824.

De part et d’autre des fossés, les distances entre les rues respectent cette échelle.

Au-delà, tout a été déformé, avec art, pour rendre visibles en les contenant dans un cadre réduit, les éléments de composition jugés indispensables, dont la présentation géométrale, de Gorge-de-Loup à la Corne-de-Cerf et de la Croix-Rousse à la pointe d’Ainay, eût exigé un cadre de 3,30 m par 3,90 m.

En grisé : schéma du Plan scénographique dans son cadre rectangulaire.

En rouge : traduction géométrale du Plan scénographique.

En violet : déformation polygonale du cadre rectangulaire et de ses divisions en vingt-cinq feuilles.

 

sommaire

Atlas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sommaire

Atlas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sommaire

Atlas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sommaire

Atlas