Aller au contenu principal

1852-1870 : les préfets au pouvoir

Portrait du préfet Welche

Le régime municipal de Lyon de 1852 à 1870

Avec le décret du 24 mars 1852, les trois faubourgs – Vaise, La Guillotière et La Croix-Rousse – sont réunis à la ville de Lyon.
Mais les conseillers municipaux élus sont supprimés.

Le décret met en place « … provisoirement … » une commission municipale de trente membres, nommés par le président de la République. Elle remplit les fonctions du conseil municipal.
Cependant, c’est un rôle amoindri. Le président de la commission est désigné par le président de la République.
C’est le préfet du Rhône qui administre la ville. Il est le seul à pouvoir convoquer les membres de la commission. Elle ne peut délibérer que sur des questions soumises par le préfet.
La loi du 5 mars 1855 rend définitif ce qui n’était que « … provisoire ». La commission, redevenue conseil municipal, passe à 36 membres, nommés par l’empereur pour 5 ans.

Pendant 18 ans, Lyon a été administrée par le préfet du Rhône.

Avec l’effondrement de l’Empire, au moment de la défaite de Sedan (4 septembre 1870), Lyon proclame la République et un Comité de Salut Public s’installe à l’hôtel de ville.
Le préfet Challemel-Lacour souhaite mettre fin à l’activité de ce comité révolutionnaire et des élections municipales sont organisées le 15 septembre.

Hénon devient le maire de Lyon le 21.

1852 (24 mars - 20 avril) Louis-Charles-Marie de Vincent
1852 - 1853 Charles-Wangel Bret
1853-1864 Claude-Marius Vaisse
1864-1870 Julien Théophile Henri Chevreau
1870 (janvier - septembre) Léon Victor Mouzard-Sencier

 

1852 – 1853 Baron de Vauxonne, Conseiller à la Cour
1853 – 1857 Devienne, Procureur général. Nommé Premier Président de la Cour d’Appel de Paris.
1857 – 1863 Thierry Brölemann, propriétaire, vice-président, préside en l’absence de Devienne
1863-1868 Thierry Brölemann, propriétaire
1868-1870 Vidal-Galline, banquier, vice-président, préside en l’absence de Brölemann.