Aller au contenu principal

Palerne de Savy (1735-1825)

Portrait du Maire Parlerne de Savy

Maire de Lyon du 12 avril au 23 décembre 1790

 

En vertu de la loi du 14 décembre 1789, Lyon, comme toutes les communes de France, se pourvut d’une administration de forme imposée : « un corps municipal », composé de vingt-trois « officiers » élus au suffrage universel et présidé par un maire. Des élections qui se déroulèrent dans les premiers jours du mois de mars 1790, sortit un conseil disparate, dont le maire allait avoir du mal à coordonner l’action.

Ce dernier, Fleury-Zacharie-Simon Palerne de Savy, appartenait aux notables de la ville. Né à Lyon le 6 décembre 1733 (paroisse Saint-Paul) dans une famille anoblie par les charges (son père était Trésorier de France), il devint avocat général du roi en la cour des monnaies, fut reçu membre de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon et, en 1789, exerça les fonctions de commissaire et syndic de la noblesse du Lyonnais.

Pris entre les « démocrates » ou « patriotes », dont le chef à Lyon était Jean-Marie Roland de la Platière, et les contre-révolutionnaires qui, avec Jacques Imbert-Colomès, s’épuisaient en complots stériles, les modérés se heurtaient à d’inextricables difficultés financières, dans une atmosphère d’agitation continuelle.

Profitant d’une situation qui favorisait toutes les surenchères, les « Rolandistes » emportèrent facilement les élections de décembre 1790. Le 23 décembre, Louis Vitet fut élu maire. Palerne se retira et sut se faire prudemment oublier.

Les jugements sur son compte étaient contradictoires, « Un traitre fieffé, plein de préjugés du vieux régime, de la morgue des robins, de l’insolence des gens du roi, dévot jésuitique, pleureur et tartuffe » : cela faisait beaucoup pour un seul homme. Il est vrai que Madame Roland, auteur de ces lignes, ne s’embarrassait pas d’objectivité, et qu’en l’occurrence elle ne pardonnait pas à Palerne d’occuper la place qu’elle avait ambitionnée pour son mari. On s’en doute, la louange officielle tintait d’un autre son.

Palerne serait mort âgé de 102 ans, en 1835, on ne sait où (l’indication de Bourg-Argental, donnée par les biographes, ne se vérifie pas).

 

Rue de Savy (1er arrondissement)

Tenant : rue Pierre-Poivre / Aboutissant : place Fernand-Rey

Attribué par délibération du Conseil municipal le 28 mai 1824

L’activité de Palerne de Savy n’a pas donné lieu au versement de ses archives de maire, mais nous conservont des sources à son sujet et concernant la municipalité qu’il a dirigée.

Quelques évènements à venir

Jean Joseph Méallet, comte de Fargues (1777 - 1818)
Extrait du portrait du comte de Fargue
Jean Joseph Méallet, comte de Fargues (1777 - 1818)
+
Gabriel Prunelle (1777 - 1853)
Portrait du Maire Prunelle
Gabriel Prunelle (1777 - 1853)
+
Edouard Herriot (1872 - 1957)
Portrait du Maire Herriot
Edouard Herriot (1872 - 1957)
+