Aller au contenu principal

De pierre et d'esprit

Affiche de l'exposition "De pierre et d'esprits"

Exposition proposée du
20 mars – 29 mai 2019

Commissariat
Gilles Framinet et Mourad Laangry, chargé des expositions.

Conception
Gilles Framinet, Mourad Laangry et l'équipe technique et administrative des Archives de Lyon

 


 

L’exposition De Pierre et d’Esprit, donne à voir un magnifique patrimoine, de diverses époques, du Moyen Âge à aujourd’hui, un patrimoine parfois remanié juxtaposant des styles divers, et souvent méconnu parce qu’il s’agit de lieux de culte. L’on éprouve souvent une grande timidité devant de tels lieux, parfois de l’inquiétude, voire de la répulsion. Au contraire, les photographies proposées invitent à aller voir, à entrer, pour admirer. Il s’agit d’admirer, car on le voit bien, ces lieux sont beaux, et par leur beauté même, par les jeux de lumière par exemple, par la profusion d’images ou au contraire du fait de leur sobriété, ils invitent pour certains à la prière, pour d’autres à la réflexion, pour d’autres encore de l’admiration pour le geste architectural. Ils suscitent de l’émotion quelles que soient les convictions du visiteur.
Ils témoignent de ce que représente le patrimoine pour les citoyens : un lien fort avec la cité, de la fierté d’avoir des racines ancrées parfois profondément, mais qui savent également s’adapter, comme en témoignent les lieux de culte les plus récents, témoins de l’évolution de la société.
Elle ouvre, par ailleurs, à la compréhension de l’exercice des cultes : l’organisation de l’espace, l’expression de la foi, les rites. Par-delà les différences évidentes liées aux exigences théologiques, elle permet d’entrevoir ce qui unit fondamentalement. Ces photographies invitent à un dialogue apaisé entre les religions, et en ces temps troubles que nous vivons, ce n’est pas rien. Chacun sait l’attention que notre maire, Gérard Collomb porte aux questions religieuses, et l’importance qu’il accorde à la place des familles spirituelles dans la société, au dialogue interreligieux, et à la responsabilité des religions dans le vivre ensemble. A Lyon se vit une laïcité qui n’est pas d’ignorance, encore moins d’hostilité, mais de compréhension et de connaissance de l’altérité, une laïcité qui rassemble autour des valeurs républicaines. Cette exposition dans un lieu symbolique de notre Ville, là où sa mémoire est conservée et mise à la disposition de tout citoyen, traduit une longue tradition d’humanisme, fondée sur une culture du dialogue, entre ceux qui croient de diverses manières dans les forces de l’esprit et ceux qui n’y croient pas. A quelque distance d’ici, place Bellecour, le Veilleur de Pierre nous rappelle avec Louis Aragon, le sacrifice dans une même communion pour la liberté et le respect de toutes les croyances, de « Celui qui croyait au Ciel, de Celui qui n’y croyait pas ».