Aller au contenu principal

Hôtel de Ville

Dessin de la Mairie de Lyon réalisé par Julie Petrolli

En bref

  • 1646-1654 : construction par Simon Maupin architecte-voyer de la Ville.
  • 1652 : première séance du Consulat.
  • 1674 : incendie.
  • 1700-1703 : reconstruction du bâtiment.
  • 1850-1858 : restaurations par René Dardel et Tony Desjardins.
  • 1912-1914 : installation d'un carillon automatique dans le beffroi.
  • 1981-1989 : remise en état des 4 façades.
  • 2006-2007 : rénovation des toitures.
  • Longueur côté rue Puits Gaillot : 115.54 m
  • Longueur côté rue Joseph Serlin : 115.97 m
  • Largeur côté place des Terreaux : 47.45 m
  • Largeur côté place de la Comédie : 44.92 m
  • Hauteur du beffroi : 48 m

​​​​​​​

 

L'Hôtel de Ville de Lyon : 4 siècles d'agitations

L'Hôtel de Ville de Lyon, un témoin de l'Histoire. Construction, destructions, reconstruction, révolutions, évolutions, insurrections, restaurations, occupations, réhabilitations, réceptions..., que d'agitation !

 

La construction au XVIIe siècle

  • De 1646 à 1654 : construction par Simon Maupin architecte-voyer de la Ville, après consultation de Lemercier, premier architecte du roi (auteur de la Sorbonne et du palais Royal) et du lyonnais Girard Désargues, mathématicien et architecte réputé, établi à Paris. On attribue à ce dernier le dessin du grand escalier et de l’escalier ovale du nord-ouest. L’Hôtel de Ville s’ouvrait à l’est sur des jardins se prolongeant jusqu’au Rhône.

 

Hôtel de Ville par Simon Maupin, avec de part et d'autre les jardins et la place des Terreaux (1647, cote : 1S/66, détail)
Hôtel de Ville par Simon Maupin, avec de part et d'autre les jardins et la place des Terreaux (1647, cote : 1S/66, détail)

 

 

 

  • De 1655 à 1672 : aménagements intérieurs, décoration du grand escalier et des salons. Le peintre Thomas Blanchet est l’un des artistes employés.
  • 5 septembre 1646 : pose de la première pierre par Camille de Neuville, abbé d’Ainay, futur archevêque, représentant le gouverneur de Lyon, son frère, et Pierre de Sève, prévôt des marchands (maire).
  • 14 novembre 1652 : première séance du Consulat (Conseil municipal) dans un bâtiment encore en travaux.
  • 2 décembre 1658 : une réception y est organisée, « une grande collation où l’on ne s’assit point ! », en l’honneur de la venue du jeune roi Louis XIV et de la Cour.
  • 13 septembre 1674 : un incendie détruit la grande salle, le beffroi, les combles nord et sud, une partie de la toiture, l’escalier d’honneur, le salon Henri IV… et une partie des archives.
     

La reconstruction au XVIIIe siècle

  • De 1700 à 1703 : la reconstruction du bâtiment est confiée aux architectes Jules Hardouin-Mansart, surintendant des bâtiments du roi, Robert de Cotte, son beau-frère, et Claude Simon, architecte du roi pour la direction des travaux. Place des Terreaux, l’Hôtel de Ville est rehaussé d’un étage décoré à l’italienne avec une balustrade et deux statues, Minerve et Hercule, représentant la Sagesse et la Force, qui se substitue à la haute toiture d’ardoises ; la toiture des pavillons est modifiée et arrondie en dôme, en harmonie avec l’architecture du couvent des Dames de Saint-Pierre, dit Palais Saint-Pierre, édifié trente ans plus tôt (l’actuel Musée des Beaux-Arts). Le beffroi est reconstruit sensiblement à l’identique, sans le campanile.
  • De 1703 à 1706 : décoration extérieure et aménagements intérieurs.

 

Façade de l'Hôtel de Ville de Lyon sur la place des Terreaux, par Jean-Pierre Gentot (1734, cote : 3S/696)
Façade de l'Hôtel de Ville de Lyon sur la place des Terreaux, par Jean-Pierre Gentot (1734, cote : 3S/696)

 

 

 

  • 1730 : installation de deux petites fontaines devant chaque pavillon place des Terreaux, dues à Michel Antoine Perrache (enlevées au milieu du XIXe siècle).
  • De 1764 à 1766 : restauration de la galerie droite place de la Comédie après la construction du Grand Théâtre (qui accueille aujourd’hui l’Opéra) dans les jardins en 1756.
  • 1777 : restauration de la galerie intérieure en hémicycle.

Les restaurations du XIXe siècle

Deux facteurs les rendent indispensables :

  • l’état très dégradé du bâtiment, symbole du pouvoir politique, qui a connu les troubles de la Révolution, dont le bombardement de 1793, les mouvements insurrectionnels de 1831 et 1834 et l’avènement agité de la Seconde République en 1848 ;
  • l’installation de l’administration préfectorale à l’Hôtel de Ville en 1858, en raison du décret du 24 mars 1852 confiant les fonctions de maire au préfet. Celle-ci reste à l’Hôtel de Ville jusqu’en 1890 avant d’emménager dans l’actuel bâtiment de la Préfecture.

 

Restauration de l’Hôtel de Ville sous la direction de Tony Desjardins, architecte de la Ville, vue depuis le Grand-Théâtre par Louis Froissart (mai 1857, cote : 15PH/1/456)
Restauration de l’Hôtel de Ville sous la direction de Tony Desjardins, architecte de la Ville, vue depuis le Grand-Théâtre par Louis Froissart (mai 1857, cote : 15PH/1/456)

 

 

 

  • De 1850 à 1851 : restauration du beffroi par l’architecte René Dardel.
  • De 1853 à 1855 : restauration de la façade place des Terreaux par l’architecte Tony Desjardins.
  • De 1857 à 1858 : restauration des ailes et de la façade place de la Comédie, entraînant la suppression des boutiques édifiées en 1768 par l’architecte Jean-Antoine Morand et construction d’une galerie vitrée au-dessus et autour du portique pour établir une communication entre les deux ailes de l’édifice, séparant ainsi la cour d’honneur de la cour basse. Cette galerie est démolie en 1896.
  • De 1862 à 1866 : restauration des peintures des grands salons et aménagement intérieur des bureaux et des appartements de réception du préfet.

 

Les travaux du XXe siècle

Des travaux réguliers d’aménagement et d’entretien sont effectués par l’administration municipale afin de s’adapter à l’évolution du contexte. Certaines campagnes de restauration sont entreprises, par exemple :

  • De 1912 à 1914 : restauration de la balustrade de pierre et des décors de la façade place des Terreaux par l’architecte Charles Meysson. Décision d’installer un carillon automatique à clavier dans le beffroi pour jouer des airs connus, ce qui sera effectivement réalisé après la Première guerre mondiale.

 

Le quartier des Terreaux et l'Hôtel de Ville au soleil couchant (vers 1980, cote : 4FI/8796)
Le quartier des Terreaux et l'Hôtel de Ville au soleil couchant (vers 1980, cote : 4FI/8796)

 

  • De 1981 à 1989 : travaux de remise en état des quatre façades.
  • En 1995 et 1996 : rénovation des salons pour la tenue du G7 en juillet 1996.
  • En 2006 et 2007 : rénovation des toitures.
  • En 2020 : rénovation du pavement de la place de la Comédie.
     
  • 1704 : installation de la statue équestre de Louis XIV sculptée par Marc Chabry.
  • 1792 : destruction de la statue.
  • De 1793 à 1810 : composition en plâtre « Liberté et Égalité » due à Joseph Chinard.
  • 1829 : après de longues discussions sur le thème de la sculpture, installation de la statue équestre d’Henri IV (dont le mariage avec Marie de Médicis avait été solennisé à Lyon en décembre 1600) sculptée par Legendre-Héral.
     
  • 27 août 1792 : les sculptures de bronze (allégories du Rhône et de la Saône des frères Coustou), qui ornent le piédestal de la statue équestre de Louis XIV place Bellecour, trouvent refuge dans l’atrium de l’Hôtel de Ville. Elles sont sauvées de la destruction sur instructions du Maire Louis Vitet. Le lendemain, la statue de Louis XIV est déposée pour être fondue.
  • 21 février 1957 : après un exil de 165 ans, les 2 statues quittent l’Hôtel de Ville. Le 23, elles sont réinstallées aux côtés de Louis XIV.
  • Dans la nuit du 22 au 23 mars 2021, les statues quittent la place Bellecour pour le Musée des Beaux-arts pour y être restaurées 
     

Quelques évènements à venir

Les maires de Lyon
Caricature d'Edouard Herriot
Les maires de Lyon
+
700 ans d'histoire
Dessin d'illustration par Nicolas Wild
700 ans d'histoire
+
Centre de tri postal
Dessin des Archives de Lyon réalisé par Julie Petrolli
Centre de tri postal
+