Aller au contenu principal

Plan touristique de Lyon

2S/966 - 1991

Détail du plan touristique de Lyon en 1991 – 2S966

< Cartes et plans                 Plan suivant >

Ce plan de Lyon de 1991 est édité pour l’Office de tourisme de Lyon. Sur la carte figurent en aplats colorés les arrondissements de Lyon, ainsi qu’une partie de Villeurbanne et Vénissieux. Autour de la carte, plusieurs vignettes illustrées listent les curiosités et monuments de la ville, certains étant représentés à même le plan. Les noms des rues principales de la ville sont inscrits pour servir de repères. Quelques publicités viennent s’ajouter en marge. 

Parmi les sites majeurs indiqués, on retrouve les musées, les monuments d’intérêt historique comme la basilique, la cathédrale, le théâtre romain et les places publiques. Les espaces verts ressortent clairement grâce à leur couleur. Ainsi, les parcs de la Tête d’Or et de Parilly émergent de l’ensemble. Le plan fait également une place aux constructions plus modernes comme l’Opéra doté d’un dôme depuis sa réhabilitation, le quartier de la Part-Dieu et la Cité Internationale. En rouge figurent les lignes de métro ainsi que leurs stations.
 

Ce plan d’orientation informe le touriste sur les voies de communication et les transports en commun, afin de localiser les sites touristiques majeurs. En plus des sites culturels anciens, le plan présente des lieux plus contemporains. La Part-Dieu est symbolisée par la tour-crayon du Crédit Lyonnais, œuvre de l'architecte Araldo Cossuta. Quartier d’affaires et de commerce, il se développe dans les années 1970 sur l’emplacement de l’ancienne caserne militaire. Avec ce grand projet urbain de 45 hectares, la ville veut faire de Lyon une grande métropole moderne. On installe une bibliothèque, un auditorium, la tour-crayon, des bureaux et quelques habitations. Toutefois, le projet initial est transformé du fait de la décision d’agrandir très largement les espaces dédiés au centre commercial. La nouvelle gare inaugurée en 1983 pour accueillir les TGV vient compléter l’offre de transports. Le quartier continue à se positionner en tant que quartier d’affaires avec l’érection récente de nouvelles tours (Oxygène, Incity). 

Sur le plan, l’Opéra est déjà surmonté de son dôme imaginé par l’architecte Jean Nouvel. Pourtant, les travaux sont toujours en cours et le bâtiment n’est inauguré qu’en 1993. Jean Nouvel, à qui est confiée la réhabilitation du site, évide la quasi-totalité du monument en ne gardant que les façades extérieures et le foyer pour recréer un nouvel opéra moderne dont le dôme sert, entre autres, de studio au ballet. Il en est de même pour la Cité Internationale dont les travaux débutent seulement. Cet espace situé entre le Rhône et le parc de la Tête d’Or est édifié par l’architecte Renzo Piano à la pace de l'ancien Palais de la Foire. Il comprend aujourd’hui des logements, des commerces, un musée d’art contemporain, un centre des Congrès et un casino. 
 

En 1969, Lyon intègre la toute nouvelle communauté urbaine de Lyon appelée Courly, qui deviendra le Grand Lyon puis la Métropole de Lyon  La ville est alors pensée avec son agglomération proche. Dès les années 1970, Lyon veut se positionner comme une métropole européenne. Le projet de la Part-Dieu va dans ce sens, car il dote la ville d’équipements modernes et du plus grand centre commercial urbain d’Europe. Ce rayonnement à l’international se poursuit avec la construction de la Cité Internationale par Renzo Piano, puis avec l’aménagement plus récent du quartier de la Confluence.

Carte repères du plan touristique de Lyon en 1991

DOCUMENT COMPLÉMENTAIRE : Promenades à la Part-Dieu

Cette affiche présente le nouveau quartier de la Part- Dieu avec l’emplacement des bâtiments, les espaces verts, les voies de circulation et les passerelles. Un réseau de voies piétonnes relie les îlots entre eux, dont la majorité a aujourd’hui disparu. Ce document permet de s’orienter et de localiser les différents sites existants : l’auditorium avec son large parvis en forme de gradin jouxtant la tour du Crédit Lyonnais, la cité administrative d’Etat, le siège de la COURLY, l’immense centre commercial, la maison de la radio, la bibliothèque. 

On constate alors que peu d’espaces sont voués au logement. Ces « promenades à la Part-Dieu » attestent d’une volonté de créer un quartier à vivre. Or aujourd’hui, il est compliqué de circuler entre les différents points et la circulation y est plutôt labyrinthique.  Le quartier fait aujourd’hui l’objet d’un projet de développement, qui vise à repenser son organisation et à valoriser son potentiel économique, culturel et résidentiel. 

 

Affiche de la promenade à la Part-Dieu, 1977 – 2Fi/3271
Affiche de la promenade à la Part-Dieu, 1977 – 2Fi/3271