Aller au contenu principal

Contribuer

Affiche de l'exposition "14/18 - Lyon, jour après jour"
3eme emprunt de la Défense nationale, 1917. 2/fi/1650
3ème emprunt de la Défense nationale, 1917. 2/fi/1650

 

 

Au fur et à mesure que la guerre dure, engloutissant d’énormes moyens financiers, les caisses de l’Etat se vident. Les prêts de la Banque de France ou ceux des alliés britanniques, l’augmentation de la monnaie en circulation et les mesures fiscales imposées aux Français se révèlent insuffisants pour les renflouer. Le gouvernement fait appel à quatre emprunts de la Défense nationale : en novembre 1915, en octobre 1916, en novembre 1917 et octobre 1918. Le quatrième emprunt, dit de la Libération, est voté le 19 septembre 1918 et souscrit avant et après l’armistice. Or puisque la convertibilité des billets n’est plus garantie et que le franc n’est plus qu’une monnaie de papier, la France est astreinte à régler ses achats à l’étranger en or. L’importante campagne, «L’or combat pour la victoire», lancée le 2 juillet 1915 convie les Français à échanger leur or contre des billets ou des titres d’emprunt.

 

Plusieurs escadrilles d’avions ont survolé, aujourd’hui dimanche, les principales agglomérations de la région lyonnaise, lançant des tracts et des imprimés de propagande pour inciter les habitants à souscrire à l’emprunt.(Pour notre part, nous en avons vu trois, de nos fenêtres volant bas et jetant des imprimés. Quelques-uns sont tombés rue Malesherbes en face de chez nous, mais, quand je suis arrivé dans la rue, ils avaient déjà été ramassés par les passants). 

Barthélémy Mermet, 27 octobre 1918